Léopold II, deuxième roi des Belges

Léopold II (de son nom Léopold Louis-Philippe Marie Victor de Saxe-Cobourg-Gotha; 9 avril 1835 – 17 décembre 1909) fut le deuxième roi des Belges de 1865 à 1909 et, grâce à ses propres efforts, le propriétaire et souverain absolu de l’État indépendant du Congo de 1885 à 1908.

Enfants et adultes congolais mutilés (vers 1900-1905)

Né à Bruxelles en tant que deuxième mais aîné des fils survivants de Léopold Ier et de Louise d’Orléans, il succéda à son père sur le trône belge en 1865 et régna pendant exactement 44 ans jusqu’à sa mort, le plus long règne de tous les monarques belges. Il est mort sans fils légitimes survivants. Le roi belge actuel descend de son neveu et successeur, Albert Ier.

Léopold était le fondateur et l’unique propriétaire de l’État indépendant du Congo, un projet privé entrepris en son propre nom en tant qu’union personnelle avec la Belgique. Il utilisa Henry Morton Stanley pour l’aider à revendiquer le Congo, l’actuelle République démocratique du Congo. Lors de la conférence de Berlin de 1884-1885, les nations coloniales d’Europe ont autorisé sa revendication et lui ont confié l’État indépendant du Congo. Léopold a dirigé le Congo en utilisant la mercenaire Force Publique pour son gain personnel. Il a extrait une fortune du territoire, d’abord par la collecte de l’ivoire et, après une hausse du prix du caoutchouc naturel dans les années 1890, par le travail forcé de la population indigène pour récolter et transformer le caoutchouc.

L’administration de Léopold de l’État indépendant du Congo a été caractérisée par des atrocités et une brutalité systématique, y compris la torture ; meurtre; et l’amputation des mains d’hommes, de femmes et d’enfants lorsque le quota de caoutchouc n’était pas atteint. En 1890, George Washington Williams a utilisé le terme «crimes contre l’humanité» pour décrire les pratiques de l’administration de Léopold de l’État indépendant du Congo.

Esclave fouetté avec une chicotte, État indépendant du Congo

Ces faits et d’autres ont été établis à l’époque par des témoignages oculaires, une inspection sur place par une commission d’enquête internationale et le rapport Casement de 1904. Les estimations modernes vont de 1 million à 15 millions de décès congolais, avec un consensus croissant autour de 10 millions. Certains historiens contestent ces chiffres en invoquant l’absence de recensements fiables, l’énorme mortalité causée par la variole et la trypanosomiase africaine et le fait qu’il n’y avait que 175 agents administratifs en charge de l’exploitation du caoutchouc. En 1908, les rapports de morts, d’abus et de pressions de la «Congo Reform Association» et d’autres groupes internationaux ont incité le gouvernement belge à reprendre l’administration du Congo à Léopold en tant que nouveau territoire, le Congo belge.

© 2022