Le cratère de l’Araignée au nord de l’Australie-Occidentale

Au-dessus de la région de Kimberley, au nord de l’Australie-Occidentale, les capteurs satellites et les passagers des avions peuvent voir un arachnide géant s’étendre sur le paysage aride. Cette araignée n’est pas seulement grosse, elle est vieille. Ce monstre préhistorique rampe hors du passé comme pour nous rappeler le pouvoir destructeur du cosmos. Dans cette image satellite en fausses couleurs, le cratère de l’Araignée et le paysage aride environnant apparaissent dans différentes nuances de pourpre. L’eau apparaît bleu-noir, notamment dans les méandres de la rivière près du bord inférieur de l’image. La végétation apparaît dans les tons de rouge. Alors que la végétation semble clairsemée dans toute la région, les points rouges intenses le long de la rivière indiquent une végétation assez luxuriante – bien qu’intermittente – le long des berges.

Des couches de roches sédimentaires fortement déformées témoignent que la structure a été formée par un traumatisme extraterrestre. Le cratère de l’Araignée repose dans une dépression d’environ 13 sur 11 km de diamètre. Les cratères de météorites ont souvent des zones centrales de soulèvement, et le cratère de l’Araignée correspond à ce modèle, avec un dôme central d’environ 500 m de diamètre. Le rayonnement de ce dôme central présente des caractéristiques inhabituelles pour les cratères d’impact en général, mais importantes pour donner son surnom à ce cratère. Des lits superposés de grès dur qui ont résisté aux éléments bien mieux que les roches environnantes forment les « pattes » de l’araignée. Ainsi, alors que le cratère de l’Araignée se trouve dans une dépression et présente une zone centrale de soulèvement caractéristique des cratères d’impact, il présente des différences extrêmes d’érosion, ce qui lui donne un aspect unique. L’âge du cratère de l’Araignée est incertain, mais on estime que sa formation se situe entre 900 et 600 millions d’années. Image satellite du “cratère de l’Araignée au nord de l’Australie-Occidentale” courtoisie de la NASA.

© 2022