L’île de Pâques dans le Pacifique

Découverte par des marins hollandais le dimanche de Pâques 1722 et nommée pour le jour saint, l’île de Pâques dans le Pacifique était déjà habitée depuis plus de mille ans, probablement colonisée par des marins polynésiens dans des canoës entre 400 et 700 après JC. Les artefacts culturels les plus étonnants à voir sont des statues de pierre géantes, appelées moaï, reposant sur des ahu, des plates-formes surélevées de pierres savamment ajustées. La plupart des centaines de moaï de l’île ont été taillés dans le tuf volcanique du cratère de Rano Raraku, situé dans la partie sud-est de l’île. En plus des nombreux moaï éparpillés sur la côte de l’île, Rano Raraku est jonché de moaï, certains seulement à moitié sculptés, d’autres qui semblent s’être brisés en tentant de les retirer de la carrière, et d’autres encore qui semblent simplement ont été abandonnés. À l’est de Rano Raraku se trouve Ahu Tongariki, où, en 1960, un raz-de-marée provoqué par un tremblement de terre au Chili a frappé la côte sud et a balayé 15 moaï à l’intérieur des terres sur plusieurs centaines de pieds. En 1992, le site a été restauré par un archéologue chilien. À l’extrémité ouest de l’île se trouve la seule ville, Hanga Roa, où vivent la plupart des 2 000 habitants de Rapa Nui. Au sud de la ville se trouve le plus grand cratère volcanique de l’île, Rana Kao. Le long du bord du cratère en regardant vers le sud sur la côte, se trouvent les ruines d’Orongo, un site cérémoniel contenant des sculptures sur pierre élaborées et d’autres œuvres d’art. Image Landsat de “l’île de Pâques dans Pacifique” gracieuseté de la NASA.

© 2022