Image satellite de la mer d’Aral

Tout au long de la première moitié du 20e siècle, la mer d’Aral était le quatrième plus grand lac du monde. Dans les années 1960, l’Union soviétique a lancé un vaste projet d’irrigation dans ce qui est aujourd’hui le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et le Turkménistan, détournant l’eau des rivières qui alimentent la mer d’Aral pour irriguer les terres agricoles. Au fur et à mesure que ses niveaux d’eau baissaient, le lac a commencé à se diviser en morceaux plus petits : le nord (petite) mer d’Aral et le sud (grande) mer d’Aral. Le sud de la mer d’Aral s’est ensuite divisé en lobes est et ouest. En août 2009, lorsque cette photo a été prise, le nord de la mer d’Aral (en haut à droite) semblait toujours en bonne santé, le sud de la mer d’Aral se composait de deux plans d’eau isolés : une forme ovale irrégulière directement au sud-ouest du nord de la mer d’Aral et le reste long et mince du lobe extrême ouest de la mer d’Aral méridionale. Une grande partie de ce qui a finalement condamné le sud de la mer d’Aral était une tentative de sauver son voisin du nord. En 2005, le Kazakhstan a construit le barrage de Kokaral entre les parties nord et sud du lac pour préserver les niveaux d’eau dans le nord. Le nord de la mer d’Aral a en fait dépassé les attentes avec la rapidité de sa récupération, mais le barrage a mis fin aux perspectives de récupération du sud de la mer d’Aral, que certaines autorités considéraient déjà comme irrécupérables. Les sédiments lacustres de ce plan d’eau appauvri ont fourni suffisamment de matière pour les fréquentes tempêtes de poussière. Image satellite de la mer d’Aral courtoisie de la NASA.

© 2022