Carte touristique de Nouvelle-Aquitaine

Carte touristique de Nouvelle-Aquitaine, première région française en nombre d’emplois touristiques, comptant notamment sur la présence de trois des quatre stations balnéaires historiques de la côte atlantique française (Arcachon, Biarritz et Royan), ainsi que de plusieurs stations de sports d’hiver dans les Pyrénées (Gourette, La Pierre Saint-Martin).

L' entrée du Port de La Rochelle.

Le tourisme est un secteur important dans une région bénéficiant d’atouts non négligeables, à commencer par un climat doux et ensoleillé, des vignobles réputés (œnotourisme) et de nombreux sites patrimoniaux, parfois de renommée internationale. Sa large façade océanique, prise d’assaut par des milliers de vacanciers — et de surfeurs — chaque été, se caractérise par des plages de sable fin qui s’étendent souvent à perte de vue. Conséquence indirecte d’un engouement croissant pour les sports nautiques, de nombreuses marques liées au surf (essentiellement de vêtements et de matériel) sont présentes dans la région, lui valant son surnom de « Glissicon Valley » en référence à la Silicon Valley : Quiksilver à Saint-Jean-de-Luz, Rip Curl et Billabong à Soorts-Hossegor, Oxbow à Mérignac…

Certaines villes de la région figurent parmi les plus touristiques de France, en raison de leur patrimoine architectural et muséal, de la présence de certains équipements, de leur site ou de leur situation, des congrès et des animations (restaurants, festivals, etc.) qui attirent de nombreuses personnes, de liaisons facilitées par des infrastructures de transport de tous types (aéroport, autoroutes, routes, voies ferrées). Il n’existe pas de classement officiel en la matière (Atout France, l’agence de développement touristique de la France dépendant du secrétariat d’État au tourisme, et l’Insee ne retenant que les sites, dont il est possible de comptabiliser les entrées, les nuitées dans les campings et l’hôtellerie, les entrées dans les festivals payants, etc., et non les villes), mais des données issues des offices du tourisme et reproduites dans la presse, sans qu’aucun document authentifié ne permette de les valider. Ainsi, la ville de Bordeaux aurait accueilli 5,8 millions de visiteurs en 2014. D’autres sources, qui classaient Bordeaux en 10e position en 2013 et en 2014, avec 2,7 millions de touristes, font figurer La Rochelle au 5e rang des villes les plus touristiques de France, avec 4 millions de touristes par an.

Café Rohan situé place Pey Berland à Bordeaux.

Dans la partie nord du littoral, l’archipel charentais se compose principalement des îles de Ré, d’Oléron et d’Aix, où alternent criques abritées et plages ouvrant sur le grand large. Les côtes aunisiennes, près de La Rochelle, accueillent quelques stations balnéaires familiales telles que Châtelaillon-Plage et Fouras. Plus au sud, au cœur de la côte de Beauté, Royan est une des trois grandes stations balnéaires de la région avec Arcachon et Biarritz. Elle abrite à elle seule cinq plages, sans compter celles des communes avoisinantes et la côte sauvage de la presqu’île d’Arvert, haut-lieu du surf et des sports de glisse.

Par-delà l’estuaire de la Gironde débute la côte d’Argent, grande étendue de sable quasi-rectiligne bordée par la pinède et les grands lacs landais, ponctuée de petites villes balnéaires telles que Soulac-sur-Mer, Montalivet (célèbre pour son centre naturiste), Hourtin, Carcans, Lacanau, Lège-Cap-Ferret, Biscarrosse, Mimizan, Hossegor ou encore Capbreton. Le bassin d’Arcachon, qui forme une échancrure entre côte girondine et côte landaise, est centré sur Arcachon, autre station balnéaire réputée, nichée au cœur de la pinède. Elle fait face au Cap Ferret, battu par les flots de l’océan. Dans le prolongement de la côte d’Argent, la côte basque se structure autour de Biarritz, haut-lieu du tourisme balnéaire, de Saint-Jean-de-Luz et d’Hendaye, et est célèbre pour ses falaises érodées et ses puissants rouleaux, qui en font un lieu de prédilection pour les surfeurs.

Hôtel du Palais, au fond. Grande plage et casino municipal au premier plan.

Les passionnés de sports d’hiver trouvent dans le massif pyrénéen plusieurs stations où pratiquer ski de fond, snowboard ou snowblade. Les principales sont Gourette, Artouste, La Pierre Saint-Martin, Issarbe, Le Somport, Iraty ou Le Somport-Candanchu.

Plusieurs stations thermales sont implantées dans la région, à commencer par Dax, mais aussi Eaux-Bonnes, Eugénie-les-Bains, Saint-Paul-lès-Dax, Salies-de-Béarn, Cambo-les-Bains, Jonzac, Saujon, Rochefort, La Roche-Posay ou Évaux-les-Bains.

Parmi les autres sites accueillant un grand nombre de visiteurs, plusieurs ont une fréquentation supérieure à un million de personnes par an : le parc du Futuroscope de Poitiers (1,83 million de visiteurs en 2015), la vieille ville de Sarlat (1,5 million de visiteurs), la dune du Pilat, près d’Arcachon, (1,4 million de visiteurs) ou encore la cité historique de Saint-Émilion, près de Libourne (environ un million de visiteurs).

Gourette descendant du secteur Cotch.

L’aquarium de La Rochelle s’en approche (850 000 visiteurs), de même que le zoo de La Palmyre (700 000 visiteurs), plus grand parc zoologique privé d’Europe, près de Royan. Le village médiéval de Collonges-la-Rouge (500 000 visiteurs), le Grand site de France du Marais Poitevin (500 000 visiteurs), le parc d’attractions Walibi Sud-Ouest, à Roquefort, près d’Agen (300 000 visiteurs), le petit train de la Rhune, près de Bayonne (environ 360 000 visiteurs), le centre de la mémoire et le village martyr d’Oradour-sur-Glane, aux portes de Limoges (300 000 visiteurs), les grottes de Lascaux 2 et Lascaux 3 (250 000 visiteurs), le parc national des Pyrénées (200 000 visiteurs), la cité de l’écrit de Montmorillon (110 000 visiteurs), le centre international de la mer de Rochefort, les phares de Chassiron, sur l’île d’Oléron, et des Baleines, sur l’île de Ré (environ 100 000 visiteurs chacun), l’Aquarium du Limousin (50 000) ou le Parc animalier du Reynou près de Limoges (près de 100 000 visiteurs), ou encore le parc animalier des monts de Guéret, en Creuse, site permettant d’observer des loups en semi-liberté et attirant environ 45 000 visiteurs par an, sont autant de sites de premier plan en ce qui concerne la fréquentation touristique.

© 2022