Carte topographique de la Corse

Carte topographique de la Corse, une montagne dans la mer. Son altitude moyenne de 568 m en fait la plus élevée des îles de Méditerranée occidentale. De nombreux lacs et l’aspect de certaines vallées témoignent de l’existence passée de glaciers. Ses côtes composées de plus d’une centaine d’îles, nous confrontent à un vaste archipel. Son littoral comporte de nombreux étangs et marécages. Elle mesure 180 km de long du nord au sud et 82 km dans sa plus grande largeur. Sa superficie est de 8 680 km.

Vue du Monte Cinto depuis la Paglia Orba.

La façade orientale est baignée par la mer Tyrrhénienne, le nord par la mer ligurienne, et la façade occidentale par la mer Méditerranée.

L’île est divisée en deux parties inégales par une chaîne de montagnes aux crêtes effilées, orientée NO – SE, d’une altitude plus élevée au nord qu’au sud, mais d’une remarquable continuité :

  • l’En-Deçà-des-Monts (en corse Cismonte) au nord-est d’une ligne incluant Galéria et Solaro, du Filosorma au Fiumorbo ; il est drainé par les larges vallées du Golo et du Tavignano et possède les plus hauts sommets de l’île dont le Monte Cinto (2 706 m – point culminant de l’île). L’En-Deçà-des-Monts coïncide quasiment avec le département de la Haute-Corse.
  • l’Au-Delà-des-Monts (en corse Pumonti) au sud-ouest d’une ligne incluant Girolata et Sari-Solenzara, des Deux-Sevi au Freto ; il est essentiellement formé de nombreuses vallées étroites parallèles orientées d’ouest en est et culmine à la Maniccia (2 496 m) dans les Deux-Sorru. L’Au-Delà-des-Monts coïncide quasiment avec le département de la Corse-du-Sud.
Île-Rousse, vue générale depuis la tour génoise.

D’un point de vue géologique, pour le quart nord-est de l’île (Nebbio, Cap Corse, Bagnaja et Castagniccia), on parle de Corse schisteuse, tandis que tout le reste de l’île (ouest et sud du Cismonte et totalité du Pumonti) constitue la Corse granitique. Ces deux parties sont séparées par une série de dépressions centrales s’étendant de L’Île-Rousse à Solenzara en passant par Ponte-Leccia, Corte et Cateraggio.

La partie orientale, la moins large, est représentée depuis la péninsule du Cap Corse, en majeure partie par des plaines alluviales (Plaine de la Marana et Plaine orientale). À l’ouest, chaque vallée est comme un alvéole, aux bords raides, ouvert sur la mer mais fermé vers l’amont car adossé à la chaîne axiale.

Du point de vue de la loi, le massif de Corse couvre l’intégralité de l’île selon le décret n°95-998 du 20 septembre 1985 relatif à la délimitation des massifs.

© 2022