Carte linguistique de la région Auvergne-Rhône-Alpes

Trois langues régionales (voir la répartition régionale sur la carte ci-dessus), dont deux sont encouragées par la région (l’arpitan ou francoprovençal et l’occitan), restent pratiquées très minoritairement dans la région Auvergne-Rhône-Alpes :

  • Le bourbonnais, un dialecte de langue d’oïl, parfois associé au berrichon, est originaire de la moitié nord du Bourbonnais (Allier) autour des villes de Moulins, Bourbon-l’Archambault et Saint-Pourçain-sur-Sioule.
  • L’occitan est représenté dans la région par quatre dialectes :
    • l’auvergnat est parlé dans la majorité de l’Auvergne ainsi qu’une partie de l’Ardèche et de la Lozère. Ce dernier est utilisé depuis le Moyen Age dans le cadre de l’administration en plus de celui de la littérature (troubadours Peire d’Alvernha, comte Dalfi d’Auvèrnha, Peirol, etc).
    • le languedocien septentrional parlé dans le sud-ouest du Cantal, où la variante est nommée aurillacois, une autre variante est utilisée dans l’Ardèche ;
    • le provençal parlé dans le sud de la Drôme ;
    • le vivaro-alpin dans le Vivarais, l’est du Velay autour d’Yssingeaux et le Dauphiné méridional ainsi que dans les franges de l’est et du sud du département de la Loire
  • Le francoprovençal (ou arpitan) est présent dans la majeure partie de l’ancienne région Rhône-Alpes qui, en 2015, a signé avec la région autonome italienne de la Vallée d’Aoste la « charte de coopération interrégionale et transfrontalière de développement de la langue arpitane ». Chaque année, une fête internationale est organisée à tour de rôle en France, en Suisse ou en Italie, qui permet aux locuteurs ou non de se rencontrer. Cette langue est défendue principalement par la Fédération internationale de l’arpitan. Les principaux dialectes de la région arpitanophone française sont :
    • le savoyard ; il est notamment défendu par l’Institut de la langue savoyarde (ILS) ;
    • le lyonnais, parlé aux alentours de Lyon ;
    • le bressan, présent en Bresse dite « savoyarde ».
    • le forézien.
    • le dauphinois.

En Auvergne, d’après un sondage de 2006, la dénomination la plus répandue pour l’une ou l’autre des deux langues est le terme patois (78 % de la population) au côté de termes plus régionalisés, dont auvergnat à 63 % pour le sondage assisté, c’est-à-dire celui qui se base uniquement sur la langue régionale. Les termes bourbonnais, vellave, etc. sont aussi à noter. Parmi l’intégralité des langues maîtrisées par la population locale, comprenant les langues étrangères, une certaine conscience des identités culturelles émerge au travers des langues connues et des dénominations telles que bourbonnais (5 %), auvergnat (15 %), et langue d’oc (12 %) sont données.

© 2022