Carte du Tchad

Carte du Tchad, officiellement connu sous le nom de République du Tchad, un pays enclavé du centre-nord de l’Afrique. Il est bordé par la Libye au nord, le Soudan à l’est, la République centrafricaine au sud, le Cameroun au sud-ouest, le Nigeria au sud-ouest (au lac Tchad) et le Niger à l’ouest. Il a une population de plus de 16 millions d’habitants, dont 1,6 million vivent dans la capitale et plus grande ville N’Djaména.

  • En 2020, le Tchad avait une population de 16,244,513
  • et une superficie de 1,284,000 km²
  • La capitale et plus grande ville du pays est N’Djaména

Le Tchad compte plusieurs régions: une zone désertique au nord, une ceinture sahélienne aride au centre et une zone de savane soudanaise plus fertile au sud. Le lac Tchad, qui a donné son nom au pays, est la deuxième plus grande zone humide d’Afrique. Les langues officielles du Tchad sont l’arabe et le français. Il abrite plus de 200 groupes ethniques et linguistiques différents. L’islam (51,8%) et le christianisme (44,1%) sont les principales religions pratiquées au Tchad.

A partir du 7ème millénaire avant JC, les populations humaines se sont déplacées en grand nombre dans le bassin tchadien. À la fin du 1er millénaire de notre ère, une série d’États et d’empires s’étaient levés et s’étaient effondrés dans la bande sahélienne du Tchad, chacun axé sur le contrôle des routes commerciales transsahariennes qui traversaient la région. La France a conquis le territoire en 1920 et l’a incorporé dans l’Afrique-Équatoriale française. En 1960, le Tchad obtient son indépendance sous la houlette de François Tombalbaye. Le ressentiment envers sa politique dans le nord musulman a culminé avec le déclenchement d’une longue guerre civile en 1965. En 1979, les rebelles ont conquis la capitale et mis fin à l’hégémonie du sud. Mais, les commandants rebelles se sont battus entre eux jusqu’à ce qu’Hissène Habré l’emporte sur ses rivaux. Le conflit tchado-libyen a éclaté en 1978 par l’invasion libyenne qui s’est arrêtée en 1987 avec une intervention militaire française (opération Épervier). Hissène Habré est renversé à son tour en 1990 par son général Idriss Déby. Avec le soutien de la France, une modernisation de l’Armée nationale tchadienne a été initiée en 1991. Depuis 2003, la crise du Darfour au Soudan a dépassé la frontière et déstabilisé le pays. Déjà démunis, la nation et le peuple ont eu du mal à accueillir les centaines de milliers de réfugiés soudanais qui vivent dans et autour des camps de l’est du Tchad.

Alors que de nombreux partis politiques participaient à la législature tchadienne, l’Assemblée nationale, le pouvoir était fermement entre les mains du Mouvement patriotique du salut sous la présidence d’Idriss Déby, dont le régime était qualifié d’autoritaire. Après que le président Déby a été tué par les rebelles du FACT en avril 2021, le Conseil militaire de transition dirigé par son fils Mahamat Déby a pris le contrôle du gouvernement et a dissous l’Assemblée. Le Tchad reste en proie à des violences politiques et à des tentatives récurrentes de coups d’État. C’est l’un des pays les moins avancés, classé parmi les plus bas de l’indice de développement humain. Le Tchad est l’un des pays les plus pauvres et les plus corrompus du monde; la plupart de ses habitants vivent dans la pauvreté en tant qu’éleveurs et agriculteurs de subsistance. Depuis 2003, le pétrole brut est devenu la principale source de recettes d’exportation du pays, remplaçant l’industrie cotonnière traditionnelle. Le Tchad a un piètre bilan en matière de droits humains, avec des abus fréquents tels que des emprisonnements arbitraires, des exécutions extrajudiciaires et des restrictions aux libertés civiles par les forces de sécurité et les milices armées.

© 2022