Carte du Sahara occidental

Sahraouis exhibant des chameaux.

Carte du Sahara occidental, un territoire contesté sur la côte nord-ouest et dans la région du Maghreb en Afrique du Nord et de l’Ouest. Environ 20 % du territoire est contrôlé par la République arabe sahraouie démocratique autoproclamée, tandis que les 80 % restants du territoire sont occupés et administrés par le Maroc voisin. C’est l’un des territoires les moins densément peuplés du monde, constitué principalement de plaines désertiques. La population est estimée à un peu plus de 603,253 habitants (2017), dont près de 40 % vivent à Laâyoune, la plus grande ville du Sahara occidental.

  • En 2017, le Sahara occidental avait une population de 603,253
  • et une superficie de 266,000 km²
  • La plus grande ville du territoire est Laâyoune
Carte du mur des Sables au Sahara occidental.

Occupé par l’Espagne jusqu’en 1975, le Sahara occidental est sur la liste des Nations Unies des territoires non autonomes depuis 1963 suite à une demande marocaine. C’est le territoire le plus peuplé de cette liste, et de loin le plus grand en superficie. En 1965, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté sa première résolution sur le Sahara occidental, demandant à l’Espagne de décoloniser le territoire. Un an plus tard, une nouvelle résolution a été adoptée par l’Assemblée générale demandant qu’un référendum soit organisé par l’Espagne sur l’autodétermination. En 1975, l’Espagne a cédé le contrôle administratif du territoire à une administration conjointe par le Maroc (qui avait officiellement revendiqué le territoire depuis 1957) et la Mauritanie. Une guerre a éclaté entre ces pays et un mouvement nationaliste sahraoui, le Front Polisario, qui a proclamé la République arabe sahraouie démocratique (RASD) avec un gouvernement en exil à Tindouf, en Algérie. La Mauritanie a retiré ses revendications en 1979 et le Maroc a finalement obtenu le contrôle de facto de la majeure partie du territoire, y compris toutes les grandes villes et les ressources naturelles. Les Nations Unies considèrent le Front Polisario comme le représentant légitime du peuple sahraoui et soutiennent que les Sahraouis ont droit à l’autodétermination.

Carte topographique du Sahara occidental.

Depuis un accord de cessez-le-feu parrainé par les Nations Unies en 1991, les deux tiers du territoire (y compris la majeure partie de la côte atlantique – la seule partie de la côte en dehors du mur marocain du Sahara occidental est l’extrême sud, y compris la péninsule de Râs Nouâdhibou) a été administrée par le gouvernement marocain, avec le soutien tacite de la France et des États-Unis, et le reste par la RASD, soutenue par l’Algérie. Sur le plan international, des pays comme la Russie ont adopté une position généralement ambiguë et neutre sur les revendications de chaque partie et ont fait pression sur les deux parties pour qu’elles s’entendent sur une résolution pacifique. Le Maroc et le Polisario ont tous deux cherché à renforcer leurs revendications en accumulant une reconnaissance formelle, en particulier de la part des États africains, asiatiques et latino-américains du monde en développement. Le Front Polisario a obtenu la reconnaissance officielle de la RASD par 46 États et et a été admis à l’Union africaine. Le Maroc a gagné le soutien de sa position de plusieurs gouvernements africains et de la plupart du monde musulman et de la Ligue arabe. Dans les deux cas, les reconnaissances ont, au cours des deux dernières décennies, été prolongées et retirées, en fonction de l’évolution des relations avec le Maroc.

Carte du Sahara occidental de 1876.

Jusqu’en 2020, aucun autre État membre des Nations Unies n’avait jamais officiellement reconnu la souveraineté marocaine sur certaines parties du Sahara occidental. En 2020, les États-Unis ont reconnu la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental en échange de la normalisation marocaine des relations avec Israël.

En 1984, le prédécesseur de l’Union africaine, l’Organisation de l’unité africaine, a reconnu la République arabe sahraouie démocratique comme l’un de ses membres à part entière, avec le même statut que le Maroc, et le Maroc a protesté en suspendant son adhésion à l’OUA. Le Maroc a été réadmis dans l’Union africaine le 30 janvier 2017 en veillant à ce que les revendications conflictuelles entre le Maroc et la RASD soient résolues pacifiquement et en arrêtant l’extension de son contrôle militaire exclusif en construisant des murs supplémentaires. Jusqu’à ce que leur conflit soit résolu, l’Union africaine n’a publié aucune déclaration formelle sur la frontière séparant les territoires souverains du Maroc et de la RASD au Sahara occidental. Au lieu de cela, l’Union africaine participe avec la mission des Nations Unies, afin de maintenir un cessez-le-feu et de parvenir à un accord de paix entre ses deux membres. L’Union africaine fournit un contingent de maintien de la paix à la mission de l’ONU qui est déployée pour contrôler une zone tampon près de la frontière de facto par des murs construits par le Maroc au Sahara occidental.

© 2022