Carte du réchauffement climatique de l’Antarctique

Pendant longtemps, il a semblé que l’Antarctique était à l’abri du réchauffement climatique. La majeure partie du continent austral glacé, où les températures peuvent chuter à moins 80 degrés Celsius, semblait se maintenir ou même se refroidir alors que le reste de la planète se réchauffait. Mais une nouvelle analyse des données des satellites et des stations météorologiques a montré que l’Antarctique s’est réchauffé à un rythme d’environ 0,12 degrés Celsius par décennie de 1957 à 2006, pour une augmentation moyenne totale de la température de 0,5 degrés Celsius.

Cette carte du réchauffement climatique de l’Antarctique, basée sur l’analyse des stations météorologiques et des données satellitaires, montre la tendance au réchauffement à l’échelle du continent de 1957 à 2006. Le rouge foncé sur l’Antarctique occidental indique que la région s’est le plus réchauffée au cours de la décennie. La majeure partie du reste du continent est orange, indiquant une tendance au réchauffement plus faible, ou blanche, là où aucun changement n’a été observé. La couleur sous-jacente de la surface terrestre est basée sur l’ensemble de données Landsat Image Mosaic of Antarctica (LIMA), tandis que la topographie provient d’un modèle d’élévation numérique basé sur Radarsat. L’étendue de la glace de mer dans l’océan Austral entourant le continent est basée sur les données du radiomètre avancé à balayage micro-onde pour EOS (AMSR-E) recueillies le 14 mai 2008 (à la fin de l’automne dans l’hémisphère sud).

L’image dépeint une image différente des tendances de la température en Antarctique que celle que les scientifiques avaient précédemment observée. Des mesures des stations météorologiques limitées avaient enregistré une tendance au réchauffement spectaculaire le long de la péninsule, qui s’avance dans les eaux plus chaudes de l’océan Austral, mais les quelques stations qui parsèment le reste du continent ont signalé que les températures n’avaient pas changé ou s’étaient refroidies. Il a été difficile d’obtenir une image claire des tendances de la température dans tout l’Antarctique car les mesures sont si rares. Il existe peu de stations météorologiques, et la plupart d’entre elles se trouvent près de la côte où elles sont relativement accessibles. Ces emplacements côtiers ont laissé de vastes régions de l’intérieur du continent où la température n’a jamais été surveillée régulièrement. Les satellites peuvent mesurer la température du sol de tout le continent, mais uniquement par temps clair, lorsque les nuages ne masquent pas la vue. Étant donné que les mesures par satellite sont toujours prises dans le même type de conditions météorologiques, elles peuvent être faussées.

Eric J. Steig (Université de Washington), David P. Schneider (National Center for Atmospheric Research), Scott D. Rutherford (Roger Williams University), Michael E. Mann (Pennsylvania State University), Josefino C. Comiso (NASA Goddard Space Flight Center) et Drew T. Shindell (NASA Goddard Institute for Space Studies et Columbia University) ont collaboré pour combiner la précision quotidienne des stations météorologiques avec la couverture continentale des mesures par satellite. Dirigée par Steig, l’équipe a comparé 26 ans de mesures de température du radiomètre avancé à très haute résolution (AVHRR), un capteur satellite géré par la National Oceanic and Atmospheric Association, avec des mesures simultanées de stations météorologiques.

Cela a permis au groupe de cartographier la relation entre les mesures au sol et les mesures par satellite afin qu’ils sachent à peu près quelle serait la température du satellite lorsque le thermomètre d’une station météo enregistrait -5 degrés Celsius, par exemple. L’équipe a utilisé cette relation pour extrapoler ce que le satellite aurait enregistré sur l’ensemble du continent s’il avait été en orbite lorsque le record de la station météorologique a commencé en 1957. Une fois que le groupe a atteint la période où le satellite était en orbite, ils ont vérifié les valeurs extrapolées contre les mesures réelles pour confirmer que la méthode était valable. En fin de compte, ils ont généré un record de 50 ans de températures à travers l’Antarctique. Leurs travaux ont été publiés dans le numéro du 22 janvier 2009 de Nature.

Carte du réchauffement climatique de l’Antarctique courtoisie de Trent Schindler, NASA Goddard Space Flight Center Scientific Visualization Studio. Caption by Holli Riebeek.

© 2022