Carte du Nicaragua

Carte du Nicaragua, officiellement la République du Nicaragua, un pays souverain situé en Amérique centrale. Sa capitale est la ville de Managua, bien qu’auparavant elle était León. Il est composée de quinze départements et de deux régions autonomes : Côte Caraïbe Nord et Côte Caraïbe Sud, dont les capitales sont respectivement Puerto Cabezas et Bluefields. Il est situé dans l’hémisphère nord, entre la ligne équatoriale et le tropique du Cancer, approximativement entre 11° et 15° de latitude nord et par rapport au méridien de Greenwich, entre 83° et 88° de longitude ouest.

  • Superficie totale du Nicaragua 130,375 km²
  • En 2020 la population du Nicaragua était de 6,595,674
  • La capitale du pays est Managua
  • Les plus grandes villes du Nicaragua sont: Managua, León, Granada, Estelí, Jinotega, Chinandega, Matagalpa.

Le territoire du Nicaragua a une superficie approximative de 130 375 km², ce qui en fait le plus grand pays d’Amérique centrale. Le Nicaragua a une population de 6 595 674 habitants (2020). Il limite au nord avec le Honduras, au sud avec le Costa Rica, à l’ouest avec l’océan Pacifique et à l’est avec la mer des Caraïbes. Quant aux limites maritimes, dans l’océan Pacifique, il borde El Salvador, le Honduras et le Costa Rica ; tandis que dans la mer des Caraïbes, il borde le Honduras, la Colombie et le Costa Rica.

Les langues des peuples autochtones d’origine sont reconnues, comme l’anglais créole nicaraguayen, le misquito, le sumu ou le sumo, le garifuna et le rama.

Habitée par des peuples précolombiens, la côte de l’océan Pacifique et une partie de la région centrale du territoire actuel du Nicaragua ont été conquises par l’Espagne au XVIe siècle, où fut établie la province du Nicaragua, qui appartenait à l’empire espagnol (1502 -1821), puis le Premier Empire mexicain (1821-1823), les Provinces-Unies d’Amérique centrale (1823-1824) et la Provinces-Unies d’Amérique centrale (1824-1838), a émergé en tant que pays indépendant en 1838, sous la nom de « Estado de Nicaragua » et a commencé à s’appeler la République du Nicaragua, depuis 1854.

Concernant l’intégration de la Côte des Mosquitos (l’ancienne province de Taguzgalpa) dans la République du Nicaragua, en 1860 le Traité de Managua a été signé entre le Nicaragua et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande, par lequel il renonca à son protectorat Misquito et reconnu la souveraineté du Nicaragua; tandis que le Nicaragua reconnaissait les droits à l’autonomie des Misquitos. Ainsi est née la Réserve Mosquitia. Un an après la signature du traité de Managua, 51 Witas (maires) se sont réunis à Bluefields et ont approuvé la Constitution de la Réserve, inspirée du consul britannique et qui établissait généralement les lois anglaises. La région demeura de facto sous protectorat britannique, jusqu’à ce qu’en 1894 la Mosquitia soit officiellement et spécifiquement réincorporée au Nicaragua sous le gouvernement de José Santos Zelaya, à travers la soi-disant Réincorporation de la Mosquitia réalisée par Rigoberto Cabezas, qui a dû faire face à une tentative de rétablir sa domination britannique, entre juillet et août de la même année. Par le traité Altamirano-Harrison du 19 avril 1905, la Grande-Bretagne a reconnu la souveraineté absolue du Nicaragua sur la côte des Mosquitos, ce qui impliquait l’abolition de la réserve Mosquitia, en échange de la garantie aux autochtones de l’exemption d’impôts et du service militaire et de leur garantir de vivre dans leurs villages et territoires ancestraux selon leurs propres coutumes.

Le Nicaragua est un pays volcanique et tropical, dans son intérieur il abrite également deux grands lacs : Xolotlán et Cocibolca ou «Grand Lac du Nicaragua».

Après le renversement de la dictature somociste, à travers la révolution populaire sandiniste, une Junte de gouvernement de reconstruction nationale (1979-1985) a été établie, constituée d’un conseil de gouvernement transitoire chargé du pouvoir exécutif et d’un Conseil d’État chargé du pouvoir législatif avec le participation de représentants des sphères politique, sociale, communale et religieuse.

En 1984, les premières élections populaires ont été organisées conformément à la nouvelle loi électorale. Le Conseil d’administration de la Reconstruction nationale cède le pouvoir au président nouvellement élu: Daniel Ortega Saavedra. Ainsi, le Conseil provisoire est dissous.

Pendant le gouvernement du Front sandiniste de libération nationale (FSLN), le pays a subi un conflit civil prolongé favorisé par l’intervention des États-Unis sous l’administration du président Ronald Reagan, le gouvernement américain par l’intermédiaire de la CIA; a secrètement formé et entraîné des groupes rebelles anticommunistes connus sous le nom de Contras, finançant une guerre non autorisée par le Congrès et bloquant même économiquement le Nicaragua. L’Union soviétique et des pays comme Cuba, la France et la Libye sont également intervenus dans le conflit à travers une coopération militaire, économique, financière et médicale. Ce conflit a conduit à la plainte du gouvernement nicaraguayen contre le gouvernement des États-Unis devant la Cour internationale de justice de La Haye, contre les États-Unis, dont la décision en faveur du Nicaragua condamnait le gouvernement des États-Unis à indemniser la République du Nicaragua, dette qui a ensuite été annulée au gouvernement des États-Unis par le gouvernement nicaraguayen sous la présidente Violeta Barrios de Chamorro.

Les conflits économiques et de guerre culminent après les élections populaires du 25 février 1990, quand Violeta Chamorro bat Daniel Ortega avec 54,7% des voix contre 40,8%.

© 2022