Carte du Liberia

Carte du Liberia, officiellement la République du Libéria, un pays de la côte ouest-africaine. Il est bordé par la Sierra Leone au nord-ouest, la Guinée au nord, la Côte d’Ivoire à l’est et l’océan Atlantique au sud et au sud-ouest. L’anglais est la langue officielle, mais plus de 20 langues autochtones sont parlées, reflétant la diversité ethnique et culturelle du pays.

  • En 2021, le Libéria avait une population de 5,214,030
  • et une superficie de 111,369 km²
  • La capitale et plus grande ville du pays est Monrovia

Le Libéria a commencé au début du XIXe siècle en tant que projet de l’American Colonization Society (ACS), qui croyait que les Noirs auraient de meilleures chances de liberté et de prospérité en Afrique qu’aux États-Unis. Entre 1822 et le déclenchement de la guerre de Sécession en 1861, plus de 15 000 personnes de couleur libérées et nées libres qui avaient été confrontées à l’oppression sociale et juridique aux États-Unis, ainsi que 3 198 Afro-caribéens, ont déménagé au Libéria. Développant progressivement une identité « américano-libérienne », les colons ont emporté avec eux leur culture et leur tradition; la constitution et le drapeau libériens ont été calqués sur ceux des États-Unis, tandis que sa capitale a été nommée d’après le partisan de l’ACS et le président américain James Monroe. Le Libéria a déclaré son indépendance le 26 juillet 1847, que les États-Unis n’ont reconnue que le 5 février 1862. Le 3 janvier 1848, Joseph Jenkins Roberts, un riche afro-américain né libre de l’État américain de Virginie qui s’était installé au Libéria, a été élu premier président du Libéria après que le peuple eut proclamé l’indépendance.

Le Libéria a été la première république africaine à proclamer son indépendance et est la première et la plus ancienne république moderne d’Afrique. C’était l’un des rares pays à maintenir sa souveraineté pendant la ruée vers l’Afrique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Libéria a soutenu l’effort de guerre des États-Unis contre l’Allemagne et a à son tour reçu des investissements américains considérables por ses infrastructures, ce qui a contribué à la richesse et au développement du pays. Le président William Tubman a encouragé les changements économiques et politiques qui ont accru la prospérité et le profil international du pays; Le Libéria était un membre fondateur de la Société des Nations, des Nations Unies et de l’Organisation de l’unité africaine.

Les colons américano-libériens ne s’entendaient pas bien avec les peuples autochtones qu’ils rencontraient, en particulier ceux vivant dans l’intérieur plus isolé. Les établissements coloniaux sont attaquées par les Krou et les Grebo depuis leurs chefferies intérieures. Les Américo-Libériens ont encouragé les organisations religieuses à créer des missions et des écoles pour éduquer la population autochtone. Les Américo-Libériens formaient une petite élite qui détenait un pouvoir politique disproportionné; les Africains autochtones ont été exclus de la droit du sol dans leur propre pays jusqu’en 1904.

En 1980, les tensions politique provoqués lors du gouvernement de William R. Tolbert ont entraîné un coup d’État militaire au cours duquel Tolbert a été tué, marquant la fin de la domination américano-libérienne dans le pays et commençant plus de deux décennies d’instabilité politique. Cinq années de régime militaire par le Conseil de rédemption du peuple et cinq années de régime civil par le Parti national démocratique du Libéria ont été suivies par les première et deuxième guerres civiles libériennes. Celles-ci ont entraîné la mort de 250 000 personnes (environ 8 % de la population) et le déplacement de bien d’autres, l’économie libérienne diminuant de 90 %. Un accord de paix en 2003 a conduit à des élections démocratiques en 2005, au cours desquelles Ellen Johnson Sirleaf a été élue présidente, marquant ainsi l’histoire en tant que première femme présidente du continent. Les infrastructures nationales et les services sociaux de base ont été gravement touchés par les conflits ainsi que par l’épidémie de virus Ebola de 2013 à 2016, 83 % de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté international en 2015.

© 2022