Carte du Cambodge

Carte du Cambodge, officiellement le Royaume du Cambodge, un pays situé dans la partie méridionale de la péninsule indochinoise en Asie du Sud-Est. Sa superficie est de 181 035 kilomètres carrés, bordée par la Thaïlande au nord-ouest, le Laos au nord, le Viêt Nam à l’est et le golfe de Thaïlande au sud-ouest. Phnom Penh est la capitale du pays et la plus grande ville.

  • Superficie totale du Cambodge 181,035 km²
  • En 2020 la population du Cambodge était de 16,926,984
  • La capitale et plus grande ville du pays est Phnom Penh

L’état souverain du Cambodge a une population de plus de 15 millions d’habitants. Le bouddhisme est inscrit dans la constitution en tant que religion officielle de l’État et est pratiqué par plus de 97 % de la population. Les groupes minoritaires du Cambodge comprennent les Vietnamiens, les Chinois, les Chams et 30 tribus montagnardes. La capitale et la plus grande ville est Phnom Penh, le centre politique, économique et culturel du Cambodge. Le royaume est une monarchie constitutionnelle élective avec un monarque, actuellement Norodom Sihamoni, choisi par le Conseil royal du Trône comme chef de l’État. Le chef du gouvernement est le Premier ministre, actuellement Hun Sen, le plus ancien dirigeant non royal en Asie du Sud-Est, au pouvoir au Cambodge depuis 1985.

La région connue aujourd’hui sous le nom de Cambodge est habitée depuis la préhistoire. En 802 après JC, Jayavarman II s’est déclaré roi, unissant les princes khmers belligérants de Chenla sous le nom de «Kambuja». Cela marqua le début de l’empire khmer, qui prospéra pendant plus de 600 ans. Le royaume indianisé a facilité la propagation d’abord de l’hindouisme, puis du bouddhisme dans une grande partie de l’Asie du Sud-Est et a entrepris de nombreux projets d’infrastructure religieuse dans toute la région. Angkor Wat est la plus célèbre de ces structures et est désignée comme site du patrimoine mondial. Au XVe siècle, le Cambodge a connu un déclin de sa puissance, tandis que ses voisins le Vietnam et la Thaïlande se sont renforcés. En 1863, le Cambodge est devenu un protectorat de la France et a ensuite été incorporé à l’Indochine française. Le pays était sous occupation japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale avant le rétablissement du contrôle français.

Le Cambodge a obtenu son indépendance de la France en 1953 et était dirigé par le roi devenu homme politique Norodom Sihanouk. La guerre du Vietnam s’est étendue au pays en 1965 avec l’expansion de la piste Hô Chi Minh et la création de la piste Sihanouk. Malgré la neutralité du Cambodge pendant la guerre, cela a conduit aux bombardements américains du Cambodge de 1969 à 1973. Suite au coup d’État de 1970 qui a installé la République khmère de droite pro-américaine, le roi déchu Sihanouk a apporté son soutien à ses anciens ennemis, les Khmers rouges dirigés par Pol Pot. Avec le soutien de la monarchie et du Nord-Vietnam, les Khmers rouges ont émergé comme une puissance majeure, prenant Phnom Penh en 1975. Les Khmers rouges ont dirigé le pays et ont perpétré le génocide cambodgien (meurtres, massacres, exécutions et persécutions ethniques, religieuses ou politiques) de 1975 à 1979, quand ils ont été évincés dans la guerre cambodgienne-vietnamienne. La République populaire du Kampuchea, occupée par les Vietnamiens, est devenue le gouvernement de facto, avec des tentatives de reconstruction du pays après le génocide, embourbées par une reconnaissance internationale limitée et un conflit persistant.

À la suite des accords de paix de Paris de 1991 qui ont officiellement mis fin à la guerre avec le Vietnam, le Cambodge a été brièvement gouverné par une mission des Nations Unies (1992-93). L’ONU s’est retirée après avoir organisé des élections au cours desquelles environ 90 pour cent des électeurs inscrits ont voté. Le coup d’État de 1997 a consolidé le pouvoir du Premier ministre Hun Sen et du Parti populaire cambodgien, qui restent au pouvoir. Le Cambodge est membre des Nations Unies depuis 1955, de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), du partenariat régional économique global, du Sommet de l’Asie orientale, de l’OMC, du Mouvement des non-alignés et de la Francophonie. Selon plusieurs organisations étrangères, le pays souffre d’une pauvreté généralisée, d’une corruption généralisée, d’un manque de libertés politiques, d’un faible développement humain et d’un taux élevé de famine. Le Cambodge a été décrit par le directeur pour l’Asie du Sud-Est de Human Rights Watch, David Roberts, comme une « coalition relativement autoritaire via une démocratie superficielle ». Constitutionnellement une démocratie libérale multipartite, le pays est de facto gouverné sous le régime du parti unique à partir de 2018.

Alors que le revenu par habitant reste faible par rapport à la plupart des pays voisins, le Cambodge possède l’une des économies les plus dynamiques d’Asie, avec une croissance moyenne de 7,6 % au cours de la dernière décennie. L’agriculture reste le secteur économique dominant, avec une forte croissance dans les textiles, la construction, les vêtements et le tourisme entraînant une augmentation des investissements étrangers et du commerce international. Les Nations Unies désignent le Cambodge comme l’un des pays les moins avancés (PMA). L’indice de l’état de droit 2015 du World Justice Project des États-Unis a classé le Cambodge au 125e rang sur 126 pays, bien en deçà des autres pays de la région.

© 2022