Carte du Burkina Faso

Carte du Burkina Faso, un pays enclavé d’Afrique de l’Ouest qui couvre une superficie d’environ 274 200 kilomètres carrés et est bordé par le Mali au nord-ouest, le Niger au nord-est, le Bénin au sud-est, le Togo et le Ghana au sud et la Côte d’Ivoire au sud-ouest. Les Nations Unies ont estimé la population à 20 321 378 habitants en juillet 2019. Auparavant appelée République de Haute-Volta (1958-1984), elle a été rebaptisée « Burkina Faso » le 4 août 1984 par le président Thomas Sankara. Ses citoyens sont connus sous le nom de Burkinabé ou Burkinabè, et sa capitale et sa plus grande ville est Ouagadougou. En raison du colonialisme français, la langue officielle du gouvernement et des affaires du pays est le français. Cependant, seulement 15 % de la population parle effectivement le français de façon régulière. Il y a 59 langues maternelles parlées au Burkina, avec la langue la plus courante, le mooré, parlée par environ 50% des Burkinabés.

  • En 2019, le Burkina Faso avait une population de 20,321,378
  • et une superficie de 274,200 km²
  • La capitale et plus grande ville du pays est Ouagadougou
  • Bobo-Dioulasso la deuxième plus grande ville du Burkina Faso

La République de Haute-Volta a été créée le 11 décembre 1958 en tant que colonie autonome au sein de la Communauté française et le 5 août 1960, elle a obtenu sa pleine indépendance avec Maurice Yaméogo comme président. Après des protestations d’étudiants et de syndicalistes, Yaméogo a été renversé lors du coup d’État de 1966, dirigé par Sangoulé Lamizana, qui est devenu président. Son gouvernement a coïncidé avec la sécheresse et la famine au Sahel, et faisant face a des problèmes avec les syndicats du pays, il a été renversé lors du coup d’État de 1980, dirigé par Saye Zerbo. Se heurtant à nouveau à la résistance des syndicats, le gouvernement de Zerbo a été renversé lors du coup d’État de 1982, dirigé par Jean-Baptiste Ouédraogo.

Thomas Sankara, marxiste et chef de la faction de gauche du gouvernement Ouédraogo, a été nommé Premier ministre mais a ensuite été emprisonné. Les efforts pour le libérer ont conduit au coup d’État de 1983, au cours duquel il est devenu président. Sankara a rebaptisé le pays Burkina Faso et a lancé un programme socio-économique ambitieux qui comprenait une campagne d’alphabétisation à l’échelle nationale, la redistribution des terres aux paysans, la construction de chemins de fer et de routes et l’interdiction des mutilations génitales féminines, des mariages forcés et de la polygamie. Sankara a été renversé et tué lors du coup d’État de 1987 dirigé par Blaise Compaoré.

En 1987, Blaise Compaoré est devenu président et, après une prétendue tentative de coup d’État en 1989, a ensuite été élu en 1991 et 1998, élections qui ont été boycottées par l’opposition et ont connu un faible taux de participation, ainsi qu’en 2005. Il est resté chef de l’État jusqu’à son éviction du pouvoir par le soulèvement populaire de la jeunesse du 31 octobre 2014, après quoi il a été exilé en Côte d’Ivoire. Michel Kafando est devenu par la suite le président de transition du pays. Le 16 septembre 2015, un coup d’État militaire contre le gouvernement Kafando a été perpétré par le Régiment de sécurité présidentielle, l’ancienne garde présidentielle de Compaoré. Le 24 septembre 2015, après des pressions de l’Union Africaine, de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest et des forces armées, la junte militaire a accepté de se retirer et Michel Kafando a été réintégré dans ses fonctions de président par intérim. Aux élections législatives du 29 novembre 2015, Roch Marc Christian Kaboré a remporté le premier tour avec 53,5% des voix et a prêté serment comme président le 29 décembre 2015.

© 2022