Carte des Territoires palestiniens

Carte des Territoires palestiniens occupés par Israël depuis 1967 dans le cadre de l’ancien mandat britannique pour la Palestine, à savoir la Cisjordanie (y compris Jérusalem-Est) et la bande de Gaza. La Cour internationale de justice (CIJ) a qualifié la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, de « territoire palestinien occupé » et ce terme a été utilisé comme définition juridique par la CIJ dans la décision de juillet 2004. Plus récemment, la terminologie officielle des Nations Unies (ONU) a été utilisée, territoire palestinien occupé (Tpo) remplaçant de plus en plus d’autres termes depuis 1999. L’Union européenne (UE) a également adopté cet usage. Le terme Territoire palestinien occupé a été utilisé par l’ONU et d’autres organisations internationales entre octobre 1999 et décembre 2012 pour désigner les zones contrôlées par l’Autorité nationale palestinienne. L’UE avait utilisé un terme parallèle de territoires de l’Autorité palestinienne à l’occasion au cours de la même période.

  • Territoires palestiniens selon une définition basée sur la ligne verte (ligne d’armistice de 1949 ou frontière de 1967)
  • Superficie totale des Territoires palestiniens 6,220 km²
  • En 2016 la population était de 4,816,503 Palestiniens
  • En 2012 la population était de 564 000 Colons Juifs
  • Les plus grandes villes des Territoires palestiniens sont: Gaza, Hébron, Naplouse, Khan Younès, Jérusalem-Est.

La bande de Gaza et la Cisjordanie avaient été occupées par l’Égypte et la Jordanie, respectivement, depuis la guerre de 1948 jusqu’en 1967. Israël a occupé la Cisjordanie et la bande de Gaza pendant la guerre des Six Jours de 1967 et en a depuis maintenu le contrôle. En 1980, Israël a officiellement absorbé Jérusalem-Est et a proclamé que l’ensemble de la ville était sa capitale. L’inclusion, bien que n’équivalant jamais formellement à une annexion légale, a été condamnée internationalement et déclarée « nulle et non avenue » par le Conseil de sécurité des Nations Unies. L’Autorité nationale palestinienne, les Nations Unies, les organes juridiques et humanitaires internationaux et la communauté internationale considèrent Jérusalem-Est comme faisant partie de la Cisjordanie et, par conséquent, des territoires palestiniens. L’Autorité nationale palestinienne n’a jamais exercé sa souveraineté sur la région, bien qu’elle ait abrité ses bureaux à la Maison d’Orient et dans plusieurs autres bâtiments en guise d’affirmation de ses intérêts souverains. La souveraineté d’Israël n’a été reconnue par aucun pays, puisque l’annexion unilatérale de territoires occupés pendant la guerre contrevient à la quatrième Convention de Genève. Le coût de l’occupation pour Israël pendant quatre décennies (1967-2007) est estimé à 50 milliards de dollars. La Banque mondiale estime le coût annuel de l’occupation israélienne en 2013 pour l’économie palestinienne à 3,4 milliards de dollars.

En 1988, avec l’intention de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) de déclarer un État palestinien, la Jordanie a renoncé à toute revendication territoriale sur la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est. En 1993, à la suite des accords d’Oslo, certaines parties des territoires sont passées sous la juridiction de l’Autorité nationale palestinienne. Israël exerçait toujours un contrôle militaire total et un contrôle civil sur 61 % de la Cisjordanie. Les accords d’Oslo ont établi l’accès à la mer pour Gaza dans un rayon de 20 milles marins de la côte. L’engagement de Berlin de 2002 a réduit cette distance à 12 miles (19 km). En octobre 2006, Israël a imposé une limite de 6 milles et, à la fin de la guerre de Gaza, a restreint l’accès à une limite de 3 milles marins, au-delà de laquelle une zone interdite existe. En conséquence, en 2012, plus de 3 000 pêcheurs palestiniens se sont vu refuser l’accès à 85 % des zones maritimes convenues en 1995. La majorité de la zone de la mer Morte est interdite aux Palestiniens et les Palestiniens se voient refuser l’accès à son littoral.

Israël s’est désengagé de la bande de Gaza en 2005. La prise de contrôle de Gaza par le Hamas en 2007 a divisé les territoires palestiniens sur le plan politique. Le Fatah d’Abbas dirigeait en grande partie la Cisjordanie et était reconnu internationalement comme l’Autorité palestinienne officielle. En 2009, l’ONU considérait la Cisjordanie et la bande de Gaza comme toujours occupées par Israël.

Le 29 novembre 2012, l’AGNU 67/19 a réaffirmé « le droit du peuple palestinien à l’autodétermination et à l’indépendance dans son État de Palestine sur le territoire palestinien occupé depuis 1967 » et a décidé « d’accorder à la Palestine le statut d’État observateur non membre aux Nations Unies». Le mois suivant, un mémorandum juridique de l’ONU a reconnu la préférence de la Palestine pour le nom « État de Palestine » avec Mahmoud Abbas comme chef actuel. Il a été noté qu’il n’y avait aucun obstacle juridique à l’utilisation de la désignation « Palestine » pour désigner la zone géographique du territoire palestinien. Il a également été expliqué qu’il n’y avait pas non plus d’obstacle à l’utilisation continue de l’expression « territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est » ou de toute autre terminologie que l’Assemblée générale des Nations Unies pourrait utiliser habituellement. L’ISO a adopté le changement de nom en 2013. Le Conseil de sécurité des Nations Unies continue de traiter la Palestine comme une entité non souveraine, empêchant son admission à l’Assemblée générale des Nations Unies en tant qu’État membre à part entière. Les gouvernements israéliens ont maintenu que la zone impliquée fait l’objet d’un différend territorial. L’étendue des territoires, bien que faisant l’objet de négociations futures, a souvent été définie par la Ligne verte. Depuis la déclaration d’indépendance de la Palestine en 1988, 135 États membres de l’ONU ont reconnu l’État de Palestine. Il n’a pas été reconnue par Israël et la plupart des nations occidentales, y compris les États-Unis.

En 2014, le Fatah et le Hamas ont convenu d’organiser des élections et de former un gouvernement d’unité de compromis. Le gouvernement a survécu au conflit Israël-Gaza de 2014,[ mais a été dissous le 17 juin 2015 après que le président Abbas a déclaré qu’il était incapable d’opérer dans la bande de Gaza.

© 2022