Carte de Rabat-Salé-Kénitra

La région de Rabat-Salé-Kénitra est l’une des douze régions du Maroc depuis le découpage territorial de 2015.

Carte des « villes jumelles » de Rabat et Salé.
  • Superficie totale de Rabat-Salé-Kénitra 18 194 km²
  • En 2014 la population de la région était de 4 580 866 hab.
  • Le Chef-lieu de la région est Rabat

La région Rabat-Salé-Kénitra est devenue en l’espace de quelques décennies un territoire à forte attraction, notamment dans sa partie littorale. Elle concentre la majorité des flux démographiques, économiques, administratifs et culturels du Maroc. Cette évolution est essentiellement due au poids administratif de la ville de Rabat, en tant que capitale du Maroc, à sa vocation universitaire et à son rôle de nœud de communications.

Le réseau routier

La région dispose d’une armature routière très satisfaisante par rapport au reste du territoire national avec un linéaire de 5725 Km (dont 78,7% de route revêtue) réparti comme suit :

  • Routes Nationales : 482,2 Km.
  • Routes Régionales : 991 Km
  • Routes Provinciales : 3922 Km.

Une voie de contournement express de 53 km de longueur, permettant de décongestionner les agglomérations de Rabat, Salé et Témara et de relier les autoroutes.

La densité de ce réseau reste relativement importante par rapport à la moyenne nationale (12 Km de routes pour 100 km² contre 8,6 km au niveau national).

Carte des principales infrastructures de base de Rabat-Salé-Kénitra.

Le réseau autoroutier

La région de Rabat-Salé-Kénitra est considérée comme étant la région la mieux dotée en infrastructure autoroutière avec ses deux principaux axes : Tanger-Casablanca et Oujda- Marrakech.

L’autoroute A1 dite « autoroute du Nord » est une autoroute marocaine reliant Salé à Tanger et longue de 223 km, ouverte à la circulation entre 1995 et 2005 :

  • 1995 : Salé – Kénitra (40 km)
  • 1996 : Kénitra – Larache (110 km)
  • 1999 : Larache – Sidi Lyamani (28 km)
  • 2002 : Sidi Lyamani – Asilah (15 km)
  • 2005 : Asilah – Tanger (30 km)

Certains tronçons de cette autoroute sont parmi les plus fréquentés au Maroc, notamment le tronçon Salé-Kénitra (23 222 véhicules par jour en août 2014) .

L’autoroute A2 : relie les villes de Rabat, Fès et Oujda, et fait partie de l’autoroute Transmaghrébine. Le trajet Rabat – Fès fut ouvert en 1999 et prolongé jusqu’à Oujda en 2011.

L’autoroute A3 reliant Casablanca – Rabat fut la première autoroute lancée au Maroc avec la première tranche (33,5 km) Casablanca-Oued Cherrat ouverte dès 1978, et complétée jusqu’à Rabat en 1987 puis mise sous péage en 1991.

Autoroute de contournement de Rabat/Salé : Cette autoroute est actuellement en cours de prolongement par le rajout d’un contournement de Rabat/Salé qui rejoindra directement l’A3. D’une longueur de 41 km, ce contournement assurera la liaison entre la A1 et les différents axes autoroutiers Est: A2 et Sud: A3, qui prennent leurs origines au niveau de Rabat, permettant ainsi de soulager les artères de la capitale en déviant le trafic de transit et de mieux desservir les quartiers périphériques et la ville nouvelle de Tamesna.

Le réseau Ferroviaire

La région de Rabat-Salé-Kénitra est desservie par une ligne ferrée d’importance nationale qui fait partie d’un faisceau desservant les grandes agglomérations de la côte Atlantique et les villes de l’intérieur et de l’oriental comme Fès, Taza, Oujda et Marrakech. Elle est traversée, dans sa partie centrale par la ligne reliant Oujda à Marrakech et dans sa partie littorale par la ligne reliant Tanger à Casablanca d’autre part.

D’un autre côté, une étude préliminaire a été effectuée et confirme la rentabilité économique d’une ligne à grande vitesse «Casablanca-Marrakech» dans un premier temps, puis jusqu’à Agadir via Essaouira, ce chantier structurant est en construction, mesurant 200 kilomètres. Elle entrera en service en 2018.

Cette ligne à grande vitesse est le premier maillon du projet marocain de LGV visant à doter le pays à horizon 2030 de 1.500 km2 de lignes ferroviaires à grande vitesse. Ce projet de nouvelles lignes comprend deux axes : Casablanca-Oujda en 3 heures (ligne maghrébine, 600 km) et Tanger-Casablanca-Agadir en 4 heures (ligne Atlantique, 900 km). La liaison TangerKénitra (200 km)4 est la première étape de ce projet LGV Atlantique marocain.

D’autre part, les études préliminaires à la réalisation du tunnel de Gibraltar en cours permettent d’envisager une liaison ferroviaire Afrique-Europe rendant possible une liaison LGV RabatMadrid en quatre heures et Rabat-Paris en huit heures.

Ajoutée à cette infrastructure, une ligne de Tramway de 19 km en tant que système de transport en commun en site propre qui dessert les villes de Salé et Rabat. L’ouverture au public des deux premières lignes du réseau s’est faite le 23 mai 2011. La gestion est actuellement confiée à la Société du Tramway de Rabat-Salé (STRS). L’entrée en service de nouvelles lignes est prévue en 2018.

Equipement aéroportuaire

La région dispose d’un aéroport à Salé et d’un aéroport militaire à Kénitra et bénéficie de la proximité de celui de Casablanca Mohammed V, premier aéroport international du Maroc.

L’aéroport de Rabat-Salé joue un rôle important dans la liaison de la région avec le réseau aéroportuaire national et international, cet aéroport s’étend sur une surface de 125 ha, d’une emprise au sol de 1 500 ha.

En 2012, le trafic aérien commercial à l’aéroport de Rabat-Salé a été de 359.309 passagers, soit environ 9,14% du trafic national et de 1.008,553 tonnes de fret, soit 2% du trafic national, correspondant à 5.436 mouvements dont 65% avec l’Europe et 22% constituent des mouvements intérieurs.

Equipement Portuaire

La Région s’ouvrant sur une façade maritime sur l’Océan Atlantique, d’une longueur de 165 Km dispose en termes de moyens de communication maritime, des ports suivants:

  • Le port de pêche à l’embouchure du Bouregreg a pour objectif d’organiser les professions liées à la pêche artisanale (armateurs, marins pêcheurs et mareyeurs) autour d’infrastructures de base adéquates, afin de garantir une meilleure intégration des activités de la pêche et un impact socio-économique positif. La réalisation de cet ouvrage entre dans le cadre d’un partenariat tripartite entre l’Agence du Bouregreg, le Département de la Pêche et l’Office National des Pêches (ONP). Le Port de Pêche se situe derrière la digue Nord (Salé), à l’embouchure du fleuve. Il est constitué d’un bassin de près d’un hectare isolé de l’océan par une digue extérieure et doté d’un chenal d’accès intérieur protégé par un brise-lame et un épi d’arrêt de sable. Le Port de Pêche est équipé de manière à accueillir plus d’une centaine de barques de pêcheurs.
  • L’ensemble portuaire Kénitra/Mehdia compte parmi les plus anciens ports du Maroc. Le port de Kénitra, le seul port fluvial du Maroc, est à vocation commerciale. Le port de pêche et l’avant-port de Mehdia sont implantés dans le lit de l’oued Sebou au niveau de l’embouchure, et sont dédiés à la pêche.
  • La marina de Bouregreg: A l’embouchure du fleuve Bouregreg, entre l’Atlantique et la Vallée du Bouregreg, cette marina fluviale est bordée de prestigieux sites historiques, comme l’esplanade de la Tour Hassan ou la pittoresque nécropole du Chellah qui a vu défiler nombre de civilisations méditerranéennes. Elle est dotée des équipements les plus modernes et pouvant accueillir jusqu’à 240 bateaux.
  • Le port de plaisance de Skhirate : La Préfecture de Témara dispose d’un littoral atlantique de 25 km sur lequel deux ports aménagés dont un de plaisance «port de Sid El Abed» et l’autre, un point de débarquement «port de skhirate». Il faut signaler, par ailleurs, qu’il existe sur ce littoral de la préfecture des abris de pêche artisanale.
  • Un point de débarquement aménagé (PDA) à Salé.

© 2022