Carte de la Transnistrie

Carte de la Transnistrie, officiellement la république moldave du Dniestr, un État séparatiste non reconnu situé dans l’étroite bande de terre entre le fleuve Dniestr et la frontière moldo-ukrainienne qui est internationalement reconnue comme faisant partie de la Moldavie. Sa capitale et sa plus grande ville est Tiraspol. La Transnistrie n’a été reconnue que par trois autres États séparatistes non reconnus ou partiellement reconnus : l’Abkhazie, l’Ossétie du Sud-Alanie et le Haut-Karabagh. La Transnistrie est désignée par la République de Moldavie comme les unités administratives-territoriales de la rive gauche du Dniestr (en roumain : Unitățile Administrativ-Teritoriale din stînga Nistrului), ou Stînga Nistrului (« rive gauche du Dniestr »).

La plus grande ville de Transnistrie, Tiraspol.
  • Superficie totale de la Transnistrie 4,163 km²
  • En 2018 la population de la Transnistrie était de 469,000
  • La capitale et plus grande ville de la république est Tiraspol

Les origines de la région remontent à la République socialiste soviétique autonome moldave ou RSSAM qui a été formée en 1924 au sein de la république socialiste soviétique d’Ukraine. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Union soviétique a pris des parties de la RSSAM, qui a été dissoute, et de la Bessarabie du royaume de Roumanie pour former la République socialiste soviétique moldave ou RSSM en 1940. L’histoire actuelle de la région remonte à 1990, au milieu de la désintégration de l’Union soviétique, lorsque la République socialiste soviétique moldave pridnestrovienne a été créée dans l’espoir qu’elle resterait au sein de l’Union soviétique si la Moldavie cherchait à s’unifier avec la Roumanie ou à obtenir l’indépendance, cette dernière survenant en août 1991. Peu de temps après, un conflit militaire entre les deux parties a éclaté en mars 1992 et s’est conclu par un cessez-le-feu en juillet de la même année.

Une rue du centre de Tiraspol la capitale de la Transnistrie.

Dans le cadre de cet accord, une commission mixte de contrôle tripartite (Russie, Moldavie, Transnistrie) supervise les dispositions de sécurité dans la zone démilitarisée, comprenant 20 localités des deux côtés du fleuve. Bien que le cessez-le-feu ait tenu, le statut politique du territoire reste en suspens : La Transnistrie est une république semi-présidentielle non reconnue mais indépendante de facto avec son propre gouvernement, parlement, armée, police, système postal, monnaie et immatriculation des véhicules. Ses autorités ont adopté une constitution, un drapeau, un hymne national et des armoiries. Après un accord de 2005 entre la Moldavie et l’Ukraine, toutes les entreprises transnistriennes qui cherchent à exporter des marchandises à travers la frontière ukrainienne doivent être enregistrées auprès des autorités moldaves. Cet accord a été mis en œuvre après l’entrée en vigueur de la mission de l’Union européenne d’assistance à la surveillance aux frontières de Moldavie et d’Ukraine (EUBAM) en 2005. La plupart des Transnistriens ont la nationalité moldave, mais beaucoup ont également la nationalité russe, roumaine ou ukrainienne. Les principaux groupes ethniques sont les Russes, les Moldaves et les Ukrainiens.

La Transnistrie, avec l’Abkhazie, l’Ossétie du Sud-Alanie et le Haut-Karabagh, est une zone de « conflit gelé » post-soviétique. Ces quatre États partiellement reconnus entretiennent des relations amicales entre eux et forment la Communauté pour la démocratie et les droits des nations.

© 2022