Carte de la Syrie

Carte de la Syrie, officiellement la République arabe syrienne, un pays d’Asie occidentale, limitrophe du Liban au sud-ouest, de la mer Méditerranée à l’ouest, de la Turquie au nord, de l’Irak à l’est, de la Jordanie au sud et d’Israël au sud-ouest. Sa capitale et plus grande ville est Damas. Pays de plaines fertiles, de hautes montagnes et de déserts, la Syrie abrite divers groupes ethniques et religieux, dont la majorité des Arabes syriens, des Kurdes, des Turkmènes, des Assyriens, des Arméniens, des Circassiens, des Mandéens et des Grecs. Les groupes religieux comprennent les sunnites, les chrétiens, les alaouites, les druzes, les ismaéliens, les mandéens, les chiites, les salafistes et les yézidis. Les Arabes sont le plus grand groupe ethnique et les sunnites sont le plus grand groupe religieux.

  • Superficie totale de la Syrie 185,180 km²
  • En 2020 la population de la Syrie était de 17,500,657
  • La capitale du pays est Damas
  • Les plus grandes villes de la Syrie sont: Alep, Damas, Homs, Lattaquié.

La Syrie est une république unitaire composée de 14 gouvernorats et est le seul pays à épouser politiquement le baasisme. Elle n’est membre que d’une seule organisation internationale autre que les Nations Unies, le Mouvement des non-alignés; elle a été suspendue de la Ligue arabe en novembre 2011 et de l’Organisation de la coopération islamique, et s’est auto-suspendu de l’Union pour la Méditerranée.

Le nom «Syrie» faisait historiquement référence à une région plus large, largement synonyme du Levant, et connue en arabe sous le nom d’al-Sham. L’État moderne englobe les sites de plusieurs royaumes et empires anciens, y compris la civilisation Ebla du 3e millénaire avant JC. Alep et la capitale Damas sont parmi les plus anciennes villes habitées en permanence dans le monde. À l’époque islamique, Damas était le siège du califat omeyyade et une capitale provinciale du sultanat mamelouk en Égypte.

L’État syrien moderne a été créé au milieu du XXe siècle après des siècles de domination ottomane, et après une brève période de mandat français, l’État nouvellement créé représentait le plus grand État arabe à émerger des provinces syriennes autrefois sous domination ottomane. Elle a obtenu son indépendance de jure en tant que république parlementaire le 24 octobre 1945, lorsque la République de Syrie est devenue membre fondateur des Nations Unies, un acte qui a mis légalement fin à l’ancien mandat français, bien que les troupes françaises n’aient quitté le pays qu’en avril 1946.

La période post-indépendance a été tumultueuse, avec de nombreux coups d’État militaires et tentatives de coup d’État qui ont secoué le pays de 1949 à 1971. En 1958, la Syrie est entrée dans une brève union avec l’Égypte appelée la République arabe unie, qui a été interrompue par le coup d’État syrien de 1961. La république a été rebaptisée République arabe de Syrie à la fin de 1961 après le référendum constitutionnel du 1er décembre de cette année-là, et était de plus en plus instable jusqu’au coup d’État baasiste de 1963, depuis lequel le parti Baas a maintenu son pouvoir. La Syrie était sous la loi d’urgence de 1963 à 2011, suspendant de fait la plupart des protections constitutionnelles pour les citoyens.

Bachar al-Assad est président depuis 2000 et a été précédé par son père Hafez al-Assad, qui était au pouvoir de 1971 à 2000. Tout au long de son règne, la Syrie et le parti Baas au pouvoir ont été condamnés et critiqués pour diverses atteintes aux droits humains, notamment des exécutions fréquentes de citoyens et de prisonniers politiques, et une censure massive. Depuis mars 2011, la Syrie est plongée dans une guerre civile multiforme, avec un certain nombre de pays de la région et au-delà impliqués militairement ou autrement. En conséquence, un certain nombre d’entités politiques autoproclamées ont émergé sur le territoire syrien, notamment l’opposition syrienne, le Rojava, Hayat Tahrir al-Cham et l’État islamique en Irak et au Levant La Syrie a été classée au dernier rang de l’indice mondial de la paix de 2016 à 2018, ce qui en fait le pays le plus violent au monde en raison de la guerre. Le conflit a tué plus de 570 000 personnes, causé 7,6 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays (estimation du UNHCR en juillet 2015) et plus de 5 millions de réfugiés (enregistrés en juillet 2017 par le UNHCR), rendant l’évaluation de la population difficile ces dernières années.

© 2022