Carte d’Haïti

Carte d’Haïti, officiellement la République d’Haïti, pays situé sur l’île d’Hispaniola dans l’archipel des Grandes Antilles de la mer des Caraïbes, à l’est de Cuba et de la Jamaïque et au sud des Bahamas et des îles Turques-et-Caïques. Haïti occupe les trois huitièmes occidentaux de l’île qu’il partage avec la République dominicaine. Au sud-ouest se trouve la petite île de la Navasse, revendiquée par Haïti mais contestée en tant que l’une des îles mineures éloignées des États-Unis sous administration fédérale. Haïti, d’une superficie de 27,750 kilomètres carrés, est le troisième plus grand pays des Caraïbes en termes de superficie et compte une population estimée à 11 millions d’habitants, ce qui en fait le pays le plus peuplé des Caraïbes.

  • Superficie totale d’Haïti 27,750 km²
  • En 2020 la population d’Haïti était de 11,067,777
  • La capitale du pays est Port-au-Prince
  • Les plus grandes villes d’Haïti sont Port-au-Prince et Cap-Haïtien.

L’île était à l’origine habitée par le peuple autochtone Taïno, originaire d’Amérique du Sud. Les premiers Européens arrivèrent le 5 décembre 1492 lors du premier voyage de Christophe Colomb, qui crut d’abord avoir trouvé l’Inde ou la Chine. Colomb a par la suite fondé la première colonie européenne des Amériques, La Navidad, sur ce qui est aujourd’hui la côte nord-est d’Haïti. L’île a été revendiquée par l’Espagne et nommée La Española, faisant partie de l’empire espagnol jusqu’au début du 17ème siècle. Cependant, des revendications concurrentes et des colonies par les Français ont conduit à la cession de la partie ouest de l’île à la France en 1697, qui a ensuite été nommée Saint-Domingue. Les colons français ont établi des plantations de canne à sucre lucratives, exploitées par un grand nombre d’esclaves amenés d’Afrique, ce qui a fait de la colonie l’une des plus riches du monde.

Au milieu de la Révolution française (1789-1799), des esclaves et des personnes de couleur libres lancent la Révolution haïtienne (1791-1804), dirigée par un ancien esclave et le premier général noir de l’armée française, Toussaint Louverture. Après 12 ans de conflit, les forces de Napoléon Bonaparte ont été vaincues par le successeur de Louverture, Jean-Jacques Dessalines (futur Empereur Jacques Ier), qui a déclaré la souveraineté d’Haïti le 1er janvier 1804—la première nation indépendante d’Amérique latine et des Caraïbes, la deuxième république d’Amérique (après les États-Unis), le premier pays à abolir l’esclavage et le seul État de l’histoire établi par une révolte d’esclaves réussie. Hormis Alexandre Pétion, le premier Président de la République, tous les premiers dirigeants d’Haïti étaient d’anciens esclaves. Après une brève période pendant laquelle le pays a été divisé en deux, le président Jean-Pierre Boyer a uni le pays et a ensuite tenté de mettre l’ensemble de l’Hispaniola sous contrôle haïtien, précipitant une longue série de guerres qui se sont terminées dans les années 1870 lorsque Haïti a officiellement reconnu le l’indépendance de la République dominicaine.

Le premier siècle d’indépendance d’Haïti a été marqué par l’instabilité politique, l’ostracisme de la communauté internationale et le paiement d’une dette écrasante à la France. La volatilité politique et l’influence économique étrangère dans le pays ont incité les États-Unis à occuper le pays de 1915 à 1934. À la suite d’une série de présidences de courte durée, François « Papa Doc » Duvalier a pris le pouvoir en 1956, inaugurant une longue période de régime autocratique qui a été continué par son fils Jean-Claude ‘Baby Doc’ Duvalier qui a duré jusqu’en 1986; la période a été caractérisée par la violence sanctionnée par l’État contre l’opposition et les civils, la corruption et la stagnation économique. Après 1986, Haïti a commencé à essayer de mettre en place un système politique plus démocratique.

Haïti est un membre fondateur des Nations Unies, de l’Organisation des États américains (OEA), de l’Association des États de la Caraïbe (AEC) et de l’Organisation internationale de la Francophonie. En plus de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), il est membre du Fonds monétaire international, de l’Organisation mondiale du commerce et de la Communauté d’États latino-américains et caraïbes (Celac). Historiquement pauvre et politiquement instable, Haïti a le plus faible indice de développement humain des Amériques. Depuis le début du 21e siècle, le pays a subi un coup d’État, qui a provoqué une intervention de l’ONU, ainsi qu’un tremblement de terre catastrophique qui a tué plus de 250 000 personnes.

© 2022